2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
français  I  english
Collections / 30 janvier 2017 —

Jean Dubuffet et Les « Barbus Müller »
En collaboration avec le Musée Barbier-Mueller, Genève


En 1939, le collectionneur Josef Müller fait l’acquisition de sept sculptures anonymes représentant des visages stylisés. D’informations précises, l’histoire n’offre rien de plus : l’artiste demeure inconnu et la datation est simplement estimée « récente ». Tout au mieux soupçonne-t-on une origine française, peut-être bourguignonne ou auvergnate, eu égard à la provenance des pierres. Rapidement, ces œuvres attirent l’attention de personnalités telles que Henri-Pierre Roché, le galeriste Charles Ratton et surtout Jean Dubuffet. Comme ces visages sont le plus souvent affublés de barbes et moustaches, cette caractéristique est associée au nom de leur découvreur pour les baptiser : ce seront des « Barbus Müller ».

En 1946, Dubuffet intitule son premier Fascicule de l’art brut « Les Barbus Müller et autres pièces de la statuaire provinciale ». La plaquette est imprimée par Gallimard, mais non diffusée. L’année suivante, les « Barbus Müller » sont le sujet de la première exposition du Foyer de l’Art Brut, place Vendôme, au sous-sol de la galerie Drouin dans laquelle Dubuffet exposera ses propres œuvres. Les activités de collection et de promotion de l’art brut que déploie le peintre au long des quatre décennies suivantes informeront bien évidemment ses propres recherches picturales.

Les œuvres singulières que sont les « Barbus Müller » se retrouvent donc à la croisée de l’art brut — cet important mouvement alternatif à l’histoire de l’art dit « officiel » de la seconde moitié du XXe siècle — et des « arts premiers », que collectionnait Müller et dont se sont nourries les avant-gardes du début du siècle. Elles appartiennent aujourd’hui à la collection du musée fondé par le gendre de Josef Müller : Jean Paul Barbier-Mueller. Ce dernier collectionnait également les arts premiers. Ajoutant sa collection à celle de son beau-père, il a créé un ensemble cohérent et raisonné dont la conservation et l’exposition sont aujourd’hui assurées par le Musée Barbier-Mueller.

Jean Paul Barbier-Mueller est décédé subitement le 22 décembre 2016. L’exposition de ces pièces, dans le cadre du 40e anniversaire du musée (programme disponible ici), permet de lui rendre hommage.







De gauche à droite :
Jean Dubuffet, Maison fondée, 1961,
coll. Philippe et Zaza Jabre, Genève ;
Anonyme, Les Barbus Müller, n.d.,
coll. Musée Barbier-Mueller, Genève.
Photo : Annik Wetter — MAMCO, Genève.